«OPIOSTOP est bien plus qu'un simple sevrage»

Dr méd. Patricia Manndorff

QU'EST-CE QU'OPIOSTOP?

OPIOSTOP est une méthode de sevrage sécurisée
pour les personnes dépendantes aux opiacés. Peu importe que la dépendance résulte d'une consommation de drogue (
patients toxicomanes) ou du traitement de douleurs chroniques (patients douloureux).

 

Une méthode de sevrage accélérée

Le traitement OPIOSTOP repose sur la méthode ANR (accelerated neuroregulation ou neurorégulation accélérée), qui a été perfectionnée par le Dr méd. P. Manndorff. Le traitement OPIOSTOP consiste à bloquer les récepteurs aux opiacés dans le cerveau à l'aide de médicaments en fonction des besoins de chaque patient. Ce blocage accéléré déclenche un sevrage aigu et très intense. Contrairement aux techniques de sevrage classiques, ce blocage accéléré raccourcit considérablement la durée du sevrage, de 1 à 2 semaines environ à 5 ou 6 heures.

 

Une procédure accélérée sous narcose

Pendant cette phase de sevrage accéléré, le corps présente tous les symptômes de sevrage habituels – douleurs, crampes, agitation, stress. Pour atténuer le plus possible la souffrance physique et garantir un haut niveau de sécurité, le traitement se fait sous narcose (anesthésie générale), dans une unité de soins intensifs. Par conséquent, la plus grande partie des symptômes de sevrage ne sont pas ressentis consciemment.

 

Plus qu'un simple sevrage

Le traitement OPIOSTOP vise à induire un blocage partiel, selon les besoins du patient, des récepteurs disponibles en trop grand nombre et à réactiver le système naturel des endorphines. Les patients peuvent ainsi de nouveau ressentir les effets positifs de ces opioïdes naturels et le «craving», le besoin irrépressible de la substance, disparaît. OPIOSTOP est dès lors bien plus qu'un simple sevrage. Outre le sevrage proprement dit, la méthode implique une reprogrammation du système nerveux modifié par la dépendance aux opiacés.  

UN LIEN PERSONNEL AVEC CHAQUE PATIENT PENDANT LE SEVRAGE

Le traitement se fait dans l'unité de soins intensifs de l'hôpital d'Interlaken du groupe Spitäler fmi AG. Chaque sevrage selon la méthode OPIOSTOP est personnellement réalisé et accompagné par le Dr méd. Patricia Manndorff et son équipe. Pendant toute la durée du traitement aux soins intensif, chaque patient(e) est pris(e) en charge par le Dr méd. P. Manndorff et l'infirmier/ère en soins intensifs ou l'infirmier/ère-anesthésiste en charge selon le principe du «one-to-one care». Après le retour dans le service de soins classique, un membre du personnel soignant reste au chevet du patient pendant toute la nuit. Plus de détails sur le déroulement du traitement

QUE SE PASSE-T-IL APRÈS LE SEVRAGE?

La procédure de sevrage accéléré à l'hôpital d'Interlaken ne représente que la première partie du traitement. Le traitement consécutif par naltrexone est tout aussi important pour le succès du sevrage.

Suite du traitement par naltrexone 

Après le sevrage proprement dit, les patients doivent prendre de la naltrexone sous forme de comprimés pour maintenir le blocage des récepteurs. La posologie et la durée du traitement par naltrexone diffèrent selon les patients mais sont de l'ordre de 25 à 50 mg/jour pendant 12 à 18 mois. Il n'est pas possible d'interrompre brièvement le traitement par naltrexone, de prendre des opioïdes et de reprendre la naltrexone. La pleine implication du/de la patient(e) est essentielle à la réussite du traitement.

Rester actif

Pendant la période qui suit le sevrage, il est important de stimuler la production d'endorphines réprimée par des années de consommation d'opiacés. Les patients sont donc encouragés à pratiquer une activité physique régulière. Une alimentation variée et équilibrée a aussi toute son importance, car des années de consommation d’opioïdes ont généralement un impact important sur le système digestif.

Suivi psychosocial

Dans les cas où la consommation d'opioïdes a été en grande partie motivée par des problèmes psychosociaux ou où la consommation elle-même a entraîné de tels problèmes, un accompagnement spécialisé, psychologique, psychiatrique et social, est indispensable.

QU'EST-CE QU'OPIOSTOP PEUT EFFECTIVEMENT TRAITER?

OPIOSTOP est une intervention purement médicale qui traite uniquement la dépendance physique aux opiacés et met un terme au besoin irrépressible d'en consommer. Cette méthode ne peut pas résoudre d'autres problèmes, notamment psychiques, les habitudes comportementales créées par l'addiction ou la nostalgie du «flash» comme solution à tous les problèmes. C'est aux patients de prendre leurs responsabilités pour y parvenir. Nous pouvons toutefois organiser une consultation au sein du service psychiatrique de l'hôpital d'Interlaken, qui les aidera et les conseillera.

COMMENT ONCTIONNE OPIOSTOP?

Le principe de fonctionnement d'OPIOSTOP repose sur la méthode ANR (accelerated neuroregulation ou neurorégulation accélérée) avec un traitement en quatre étapes.

  1. Les réservoirs d'opiacés présents dans la graisse et les os sont d'abord noyés en acidifant le métabolisme.
     

  2. Puis on obtient, sous narcose, une réguation des récepteurs aux opiacés grâce à un blocage par naltrexone adapté à chaque patient.
     

  3. Le système d'endorphines inhibé jusque-là par la consommation d'opicés est de nouveau stimulé.
     

  4. La prise de naltrexone en comprimés se poursuit pendant encore 12 à 18 mois. Ce n'est qu'au terme de cette période que le traitement est terminé.

 

RISQUES ET COMPLICATIONS

OPIOSTOP est une intervention médicale réalisée sous narcose. Le traitement satisfait à toutes les normes de la médecine moderne. Une préparation minutieuse, le cadre des soins intensifs avec une surveillance de tous les instants et le suivi ultérieur étroit garantissent une sécurité maximale. 

 

Comme pour toute intervention chirurgicale et toute anesthésie ou narcose, il existe un faible risque résiduel de problèmes et de complications. Les effets indésirables graves sont toutefois extrêmement rares. Il est particulièrement important de recueillir une anamnèse complète pour identifier d'éventuelles maladies à prendre en compte (en particulier problèmes hépatiques, cardiaques et pulmonaires, troubles du métabolisme, etc.), allergies ou complications d'une anesthésie antérieure.  

 

Les risques liés à la narcose/anesthésie sont les mêmes que pour toute intervention chirurgicale de routine: p. ex. réactions inattendues aux médicaments, difficultés respiratoires, réaction cardiovasculaire en cas de maladie cardiaque préexistante ou complications liées à la pose de la voie veineuse.  

Des complications psychiques telles qu'une réaction dépressive, des troubles anxieux, des cauchemars, etc. peuvent aussi survenir mais leur fréquence est rare.

DEPUIS 2012 À L’HÔPITAL D'INTERLAKEN

Le Dr méd. Patricia Manndorff pratique le sevrage aux opiacés sous narcose depuis 2012 à l'hôpital d'Interlaken. Jusqu'en 2018, le traitement était proposé sous le nom d'ANR (accelerated neuroregulation ou neurorégulation accélérée). Le traitement ANR a été développé par le Dr méd. A. Waismann et perfectionné par le Dr méd. P. Manndorff.

 

Rebaptisé OPIOSTOP en 2019

Grâce à l'expérience tirée du grand nombre de sevrages réalisés, le Dr méd. P. Manndorff a sans cesse perfectionné la méthode ANR. Depuis 2019, elle pratique le sevrage aux opiacés sous narcose sous son propre nom protégé: OPIOSTOP. Elle attache une importance toute particulière à adapter le traitement au cas par cas à chaque patient(e), en le suivant personnellement pendant son séjour aux soins intensifs selon le principe du «one-to-one care» et en lui offrant des conseils personnalisés avant et après le sevrage.

 

Plus de 185 traitements à son actif

Les plus de 185 procédures de sevrage sous narcose OPIOSTOP réalisées à l'hôpital d'Interlaken permettent de tirer les conclusions suivantes:

  • OPIOSTOP est une méthode efficace, appropriée et économique pour traiter la dépendance aux opiacés, quelle que soit la substance opiacée consommée et le contexte de sa consommation.

  • OPIOSTOP est indiqué pour traiter toutes les formes de dépendance aux opiacés, quel que soit le contexte psychosocial sous-jacent.

  • OPIOSTOP a montré sa supériorité par rapport aux techniques de sevrage classiques.

  • OPIOSTOP est un traitement sûr. Les complications éventuelles peuvent généralement être évitées, maîtrisées et résolues grâce à la prise en charge aux soins intensifs.