Avec OPIOSTOP, la sortie du monde de la drogue est réussie


Sarah* a décidé de subir un sevrage d'héroïne sous anesthésie avec OPIOSTOP en 2019. De manière impressionnante, elle rend compte de sa motivation à prendre cette mesure courageuse mais nécessaire.


«Si vous avez la volonté et la motivation, vous pouvez sortir du monde de la drogue grâce à la procédure de sevrage OPIOSTOP. J'étais dans le programme d'héroïne avec Diaphin pendant des années auparavant. Ma motivation était mon fils, ma mère et le désir d'avoir un autre enfant. Mon problème était la peur du sevrage, car j'ai toujours eu des vomissements massifs lors des sevrages précédents. Après le traitement à l'hôpital d'Interlaken, je ne me sentais pas particulièrement bien dans l'ensemble, mais je n'ai pas eu de symptômes de manque et surtout pas de vomissements. D'autre part, je pouvais à peine dormir et j'avais des sensations de chaud et de froid. Mais les deux ont disparu avec le temps et sans nouveau médicament. Sauf, bien sûr, pour le Naltrexin, que j'ai dû prendre dans la foulée du sevrage.»


*nom anonyme


Patientin hat einen erfolgreichen Heroinentzug am Spital Interlaken absolviert und geniesst ihre Freiheit
Image symbolique : la patiente profite de la liberté nouvellement acquise sans héroïne.